MI-F - L’extraction en carrière

L’extraction en carrière


La découverte

Les gisements de minéraux ont une spécificité par rapport aux granulats : ils sont rarement affleurants. C’est pourquoi la première étape de l’exploitation d’une carrière, la « découverte », consiste à décaper, suivant un plan de terrassement, les terres situées au-dessus d’un gisement pour l’atteindre. Les couches supérieures de découverte (de 2 à 40 m) sont valorisées soit en produit commercialisés type granulats, soit dans la remise en état du site. Les terres végétales sont par exemple utilisées lors du réaménagement de la carrière pour recomposer le sol. Une fois le gisement accessible, l’extraction peut commencer. On distingue plusieurs types d’extractions selon la dureté du matériau extrait : les roches massives si le matériau est compact (carbonates de calcium, andalousite…) ou les roches plus ou moins indurées ou tendres (sables, argiles, etc.…) vont chacune requérir des méthodes spécifiques.



L’extraction de roches meubles

Compte tenu de leur caractère peu consolidé, les gisements de roches tendres exploités à ciel ouvert le sont à l’aide d’engins conventionnels (pelles hydrauliques, chargeuses, tombereaux ou convoyeurs à bande…). Des équipements de taille modeste sont nécessaires quand il faut assurer une certaine sélectivité dans les gisements pour des exigences de qualité. Par exemple, lorsque des couches à diatomées alternent avec des niveaux sédimentaires non valorisables. Pour les gisements de kaolin et argiles kaoliniques à forte contrainte de qualité, un tri est opéré sur place. L’exploitation s’effectue à la pelle mécanique de petite taille, un minage continu est envisageable, toujours avec un chargement sur camion ou par convoyeur. L’opérateur s’appuie à la fois sur le plan d’exploitation et le suivi qualité durant l’exploitation, mais aussi sur un contrôle visuel pour les qualités de gisement visibles à l’oeil nu (par exemple comme les fractures riches en oxydes de fer de teinte rouge). La précision du plan d’exploitation et l’expérience des opérateurs à l’extraction est importante, car elle conditionne la bonne
alimentation de la chaîne de traitement en qualité ainsi que sa régularité.
Toutefois, certains éléments inclus dans le gisement ou la découverture peuvent localement nécessiter une phase de minage.



L’extraction de roches dures

La dureté de certaines roches implique l’emploi d’explosifs. Cette opération, réalisée uniquement par des experts (boutefeu), se fait selon un plan de tir extrêmement précis afin de garantir non seulement la sécurité sur le site, mais aussi la gestion des nuisances sonores, l’efficacité de la charge et la stabilité des sols. Les blocs ainsi dégagés sont ensuite transportés vers une installation de traitement où ils sont concassés.
Pour l’andalousite, l’exploitation est réalisée à ciel ouvert. Les sondages de pré-exploitation, effectués selon une maille serrée, permettent d’identifier les zonalités des gisements et d’assurer la maîtrise de l’alimentation des unités de traitement par dumper.
Pour le marbre en Haute Garonne, la situation géographique et la géologie du massif du Rie a amené l’entreprise à exploiter le gisement de blanc en carrière souterraine. Plus de 40km de galeries sous la montagne composent la carrière sur plusieurs niveaux montants.
La roche est extraite à l’aide d’explosifs et de matériel spécifique pour le travail en souterrain.

 

Ressources
Fermer

Ressources


La MI-F vous met à disposition des brochures, guides, et vidéos consultables en ligne.